Sabaki – Les déplacements

Les techniques d’aikido furent développés en grande partie du combat à l’épée (Kenjtusu).

Ainsi se donnent les mouvements de rotations typiques à l’aikido (à la différence du jiujitsu et du judo), qui se servent des formes de déplacement (Ashi), et l’usage des mains comme « arme de coupe » (Tegatana).

Les mouvements d’aikido découlent par les hanches et le bas-ventre (Hara) qui sont «ancrés» par les jambes et les pieds au sol. Par conséquent, les déplacements (Ashi) revêtent une importance particulière.

Ashi – Les déplacements

Comme l’aikido est dynamique, les déplacements dans les mouvements ont un rôle important, les pieds ne sont principalement pas respectivement que peu soulevés du sol pour rapidement retrouver son stand base ferme.

A cet effet, c’est le pied non chargé qui est toujours en mouvement respectivement le poids est déplacé avant le mouvement afin de pouvoir bouger le pied librement.

En déplaçant la masse, les pas et avec eux, l’ensemble du mouvement deviennent plus fluide.

Ayumi Ashi

Le mouvement venant du hara dans lequel le pied arrière dépasse le pied avant et prend ainsi cette fonction et qu’on offre au partenaire son autre côté du corps, est appelé Ayumi ashi.

Tsugi Ashi – Pas de glisse

Il existe deux formes de pas de glisse qui peuvent se faire à l’avant, à l’arrière ou latéralement. Soit le pied avant est glissé en avant et le pied arrière suit immédiatement (également possible vers l’arrière ou latéralement) ou le pied arrière est ramené vers le pied avant, pour ensuite faire glisser celui-ci vers l’avant (peut églament se faire vers l’arrière).

Irimi Ashi – Pas d’entrée

On avance d’un pas, soit avec Ayumi ashi ou avec Tsugi ashi.

Kaiten – Rotation de la hanche

Rotation sur place, sans déplacement des pieds. Pour ceci, la masse corporelle se trouve centré entre les pieds pour soulager les articulations. Pour accélérer le mouvement et lui donner une bonne dynamique, la rotation est effectué sur les plantes antérieurs des pieds en 180°. Le pied avant devient ainsi le pied arrière.

Tenkan Ashi

Par une rotation sur place avec retrait du pied avant, la position est tournée de 180°. En différence à Tai no henko , le pied avant reprend après exécution de la technique à nouveau sa position comme pied avant.

Tai Sabaki

Une combination de Irimi ashi suivi de Tenkan ashi donne un changement de position avec une rotation de 180°. Tai Sabaki est le déplacement le plus fréquent en aikido.

Tai no henko – Changement de direction

Librement traduit, Tai no henko signifie « Inverser la position du corps ».

Il s’agit notamment de Irimi (entrée directe) et Tenkan (entrée indirecte). Tai no henko est également nommé Tai no tenkan ou Tenkan waza.

Tai no henko est une des plus importante forme de base et elle est régulièrement exercée pendant les entraînements. Par un irimi, tori entre dans l’attaque de uke, cependant les énergies de uke et tori n’entrent pas en blocage mais s’unissent respectivement s’harmonisent.

Du à cette union, le prochain mouvement tenkan peut être initié. Les énergies harmonisées sont déviées par tori et la force d’attaque de uke dépasse tori. Pour ceci Tori n’a que changé sa position de son corps de 180°, par rapport à sa position initiale.

Shikko – La marche à genoux

Le shikko est utilisé pour toutes les techniques qui sont exécutés à genoux. (hanmi hantachi et suwari waza).

Dans la marche à genoux, les cuisses sont écartées presque en angle droit, les pieds sont ensembles et reposent sur les orteils debout et le derrière repose sur ??les talons. En analogie à kamae en tachi waza, on prend également dans la marche à genoux une position dynamique et attentive. (sankaku)

Le mouvement vient du hara, la masse est très près du sol. Un pied est posé et l’autre suit directement, pour reprendre une position stable.

Pour les rotations qui sont faites à genoux, les genoux sont d’abord réunis et ce sont les pieds qui circulent.

Tegatana – La main tranchante

En analogie au combat au sabre à la japonaise, le bras de tori est considéré comme sabre (katana).

La main et l’avant-bras sont divisé en zones comme la lame de l’épée. Le doigt (ou le poing) correspondent à la pointe de l’épée (kissaki). Le côté du petit doigt de l’avant-bras est considérée comme tranchant (ha), le bord de la main comme zone de coupe (hammon).

Le côté du pouce de l’avant-bras représente le dos d’épée (mine). Semblable à la lame de sabre courbe, le bras est maintenu légèrement plié.

Comme en kenjutsu, les coups d’épée ne sont pas bloqués, mais engagé aisément, distrait et dévié, la tegatana en aikido est utilisée de la même manière, douce mais déterminé à la fois.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :