Les attaques en aikido

Comme l’aikido est un art martial purement défensif, les attaques ont un autre importance.

Même si dans le contexte global, des attaques n’en font partie, il est cependant nécessaire d’entraîner des contre-mesure envers une palette de mouvements d’attaque.

Pour ceci, des formes d’attaques codifiés sont employées. Au cours de son processus d’éducation, l’aikidoka apprends à reconnaitre et à intérioriser ces mouvements stylistiques.

Le rôle de l’attaquant (uke) présuppose cependant une certaine mesure de « coopération » lors des mouvements communs (aiki), afin que tori et uke puissent développer lors des entraînements les formes intérieures au delà des formes extérieures.

Une telle forme d’entraînement qui éveille souvent l’impression que l’aikido serait concerté et qu’il ne serait pas une véritable self-defense est fondé sur le fait que l’aikido est en premier lieu un art martial comme le Kyudo ou l’Iaido.

Cet art comporte inhérent le potentiel à développer la personnalité des hommes qui s’y entraînent, tandis qu’un sport de combat doit être réglementé afin de pouvoir disputer des compétitions et de déterminer gagner et perdant.

Des conflits réels sont de toute façon disputés entièrement sans règles,
pas en folie de rage, mais stratégique et tactiquement bien assorti.
En vue directe de ces formes codifiées, il faut prendre en considération, qu’une attaque n’est jamais portés spontanément d’une situation paisible.

L’évolution, on pourrait dire le chemin d’escalation, se produit toujours en étapes:

Si une action précédemment exécuté échoue, elle est en suivi par une prochaine. En soi, l’attaque soudaine d’un adversaire avec une épée par derrière est extrêmement peu probable. Cependant un ushiro ryotedori dans une suite d’actions peut naître d’une attaque initiale et échouée puisqu’elle fut parée.

Ainsi l’attaquant se trouve à nouveau dans une position dans laquelle il peut soit annuler l’attaque, soit que la voie latéralement de l’aikidoka derrière son dos devient possible.

L’aikidoka peut permettre cette voie délibérément pour des raisons tactiques pour ainsi tromper l’attaquant à cette action.

Dans la suite, la forme d’attaque et de saisie dori (saisir) est choies, sachent bien qu’elle est également connue comme tori.

Saisies par l’avant

Katate dori

Saisie du piognet avec une main

Katate ryote dori

Saisie d’un poignet avec deux mains.

Ryote dori

Saisie des deux poignet avec les deux mains.

Kate dori

Saisie d’une épaule.

Ryo kata dori

Saisie des deux épaules.

Ryo/Hiji dori

Saise d’un / des deux coudes

Mune dori

Saisie du revers avec une main.

Kubi shime

Sasie de la gorge / étranglement

Attaques par devant

Kiawase shomenuchi

Crochet vers la machoire ou le visage.

Shomen uchi

Frappe sur le front par le haut.

Yokumen uchi

Frappe latérale sur la tempe ou la gorge

Jodan tsuki

Frappe vers la tête ou gorge, pointe du sabre vers la gorge / visage de tori.

Chudan tsuki

Frappe vers la poitrine / ventre.

Gedan tsuki

Frappe vers l’abdomen

Mae geri

Coup de pied vers l’avant / au ventre. Souvent en combination avec l’attaque Ryote dori: Saisie des deux poignet avec coup de pied simultané vers l’abdomen.

Mawashi geri

Coup de pied latéral à la tête.

Saisie par l’arrière

Ushiro ryote dori

Sasie par l’arrière des des deux poignets.

Ushiro ryo kata dori

Saisie par l’arrière des deux épaules.

Ushiro ryo hiji dori

Saisie par l’arrière des deux coudes.

Ushiro eri dori

Saise par l’arrière du collet.

Ushiro kakae dori

Cramponnement par l’arrire du torse.

Attaques combinées

Kata dori men uchi

Saisie de l’épaule avec frappe simultanée vers le front.

Ushiro kata dori jubi shime

Saisie d’un poignet par l’arrière avec étranglement simultané.

Ushiro eri dori men uchi

Saisie du collet par l’arrière avec frappe simultanée vers la tête.

Chutes

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :